Le Chatel Blog

Catégories

Archives

Le goyavier à l’honneur dans une édition limitée

La saison des goyaviers est de nouveau à marquer d’une pierre blanche. Pour la sixième année consécutive, la Distillerie J. Chatel la rend immortelle en sortant un nouveau collector de son célèbre Goyavlet. A découvrir d’ores et déjà en GMS.
Premier punch réunionnais (en volume), il est également à Hong-Kong, présenté au salon international Vinexpo qui se déroule jusqu’au 31 mai.

Conçue dès les premières heures de la Distillerie J. Chatel, la recette du Goyvalet a su voyager à travers le temps et rester la même au fil des ans. Transmise de père en fils depuis trois générations, elle a été fidèlement reproduite et cela lui réussit plutôt bien. Eu égard au volume des ventes, le Goyavlet est leader sur son segment, le punch préféré des Réunionnais.
Seul son contenant vient à exprimer le temps qui passe, à évoluer au gré des tendances du marché. Le Goyavlet tire en réalité son succès du savant mélange de tradition et de modernité qu’a su lui apporter la distillerie familiale.
Du premier colllector sorti il y a cinq ans, marquant les 100 ans de la Distillerie J. Chatel, la bouteille se présente encore sous un nouveau jour. Une sixième édition limitée qui vient marquer la nouvelle saison du goyavier dont elle tire tsa quintessence. Celle-ci est actuellement présentée à Vinexpo, l’un des plus grands salons internationaux des vins et spiritueux, qui se tient à Hong-Kong jusqu’au 31 mai.
Encore plus distinguée que par le passé, la robe de ce collector se pare de nombreuses dorures et délaisse ainsi l’effet métal et les coloris argentés de l’édition précédente. Il devient tout aussi précieux que le nectar qu’il contient. « On peut faire le tour de la Terre, on ne retrouvera pas une telle saveur ailleurs. Il est un produit d’excellence, unique comme notre île », ajoute Alain Chatel, Pdg de la distillerie sainte-marienne.
Le Goyavlet étant le fruit d’une seule et bonne récolte, la série limitée met également en avant le célèbre panier en osier que l’on croise dans les vergers à l’occasion de l’arrivée à maturité d’un nouveau fruit de saison. Au dos de la bouteille, le Goyavlet se voit agrémenter d’un proverbe japonais, un haïku. « Des goyaviers, la saison est arrivée dans vos paniers »… pour exprimer de nouveau le lien très fort qui unit le Goyavlet à Dame nature. 
Une seule récolte doit suffire à produire une année de Goyavlet. Pour la Distillerie J. Chatel, la saison qui court jusqu’en juillet n’est donc pas de tout repos et particulièrement délicate. « Le goyavier est un fruit fragile qui ne se conserve pas, qu’il faut travailler rapidement pour qu’il garde toute sa saveur », précise Alain Chatel qui porte également haut les exigences de qualité des fruits récoltés.
Les fruits faisant naître le Goyavlet sont issus d’une seule et même exploitation, celle que détient Judicaël Sautron à Grand Ilet. Il fournit à lui seul entre 15 et 30 tonnes de goyaviers selon les saisons à la Distillerie J. Chatel.

Publié par Chatel le 27.05.2012 - Laisser un commentaire